conseils

Equipement : comment choisir un sous-vêtement thermique ?

Posté par le Oct 4, 2017 dans conseils, équipement | 0 commentaires

Trop souvent négligée car non visible, le choix de la première couche de vêtement est pourtant essentiel lorsque l’on part en randonnée ou en expédition montagne. Dans le fameux triptyque des 3 couches, le choix du sous vêtement thermique (la première couche) est comparable aux fondations d’une maison : on ne les voit pas mais leur qualité est déterminante pour l’ensemble de la construction. Alors pour vous aider, retrouvez nos quelques conseils pour choisir au mieux votre sous-vêtement de randonnée.

Que signifie « première couche » ?

boxer-coton-homme

Boxers pour homme en coton et élasthanne

La première couche est en général conçue pour être portée à même la peau. Elle doit vous garder au chaud et au sec, que ce soit pour une randonnée familiale ou pour une expédition dans le Grand Nord. Pour cela, votre sous-vêtement – qu’il s’agisse d’un shorty sport pour homme en microfibre ou d’un boxer pour homme en coton stretch – devra être moulant et ajusté pour pouvoir évacuer votre transpiration vers l’extérieur tout en contenant la chaleur près de votre corps.

L’anatomie de votre sous-vêtement sera essentielle et déterminante dans l’efficacité du confort recherché. La première couche idéale est celle qui ne sent pas mauvais après l’effort, reste sèche tout en évacuant votre transpiration, et garde la chaleur de votre corps.

Quelles matières choisir pour ses sous-vêtements de randonnée ?

Plusieurs techniques sont aujourd’hui utilisées par les fabricants de vêtements sportifs, mais à l’origine, le choix se faisait essentiellement entre une fibre naturelle (laine de mérinos, coton, etc.) et les fibres synthétiques. Aujourd’hui, la technologie a fait beaucoup de progrès et permet de fabriquer des sous-vêtements thermiques en mixant du naturel et du synthétique pour en tirer leurs avantages respectifs. On retrouve ainsi au rayon sous-vêtements spécialement randonnée :

  • La laine : elle présente de sérieux atouts comme la chaleur, la légèreté et le confort global. Elle a toutefois aussi quelques inconvénients : son prix peut parfois être prohibitif et elle est plus longue à sécher. De même, c’est une matière fragile qui s’use vite et qui est sensible au moindre accroc ;
  • Le polyamide, le polyester, l’élasthanne etc. : ces fibres synthétiques ont un coût plus faible que la laine, mais aussi une très grande capacité à sécher très vite. Elles ont de plus une très forte résistance à l’usure et aux frottements dans le temps. Néanmoins, elles retiennent fortement les odeurs et pèsent plus lourd que la laine.

Il n’est donc pas toujours simple de choisir entre les fibres naturelles et les synthétiques. Aussi, il existe d’autres critères à prendre en compte pour faire son choix.

Quelles critères prendre en compte dans le choix d’un sous-vêtement de randonnée ?

boxer-homme-sport

Boxers homme en microfibre

Il existe enfin quelques critères à prendre en compte pour vous aider dans votre choix du sous-vêtement thermique idéal :

  • l’élasticité du produit, pour le confort et aussi parce que le corps change au fil des saisons ;
  • l’absence de coutures marquées, pour éviter les frottements et les irritations au bout de quelques heures ;
  • une évacuation de la transpiration optimale, pour éviter la sensation d’être trempé ;
  • la facilité d’entretien ;
  • la finesse du matériau.

Le mieux reste encore de tester les diverses matières dans des conditions thermiques différentes, en variant les activités. En effet, certains produits seront plus adaptés aux grands froids, et d’autres aux températures plus douces.

 

Lire Plus

Zoom sur le ski de randonnée

Posté par le Sep 28, 2017 dans conseils, équipement | 0 commentaires

Depuis quelques années, le ski de randonnée a le vent en poupe et rencontre un franc succès avec un nombre croissant d’adeptes. Cette pratique vous permettra de sortir des sentiers battus afin d’apprécier la nature et les magnifiques paysages que la montagne a à offrir, tout en profitant de la bonne neige fraîche à la descente. Gare toutefois aux excès de confiance : aussi grisant et plaisant que soit le ski de randonnée, il comporte également un certain nombre de risques à prendre en considération. Explications.

Ski de randonnée : définition

ski-randonnée-montagne

Le ski de randonnée, mais qu’est-ce que c’est ? Il s’agit tout simplement d’une randonnée, skis aux pieds ! Le skieur de randonnée parcourt ainsi les mêmes itinéraires que le randonneur pédestre ou que l’alpiniste parcourt l’été, mais en hiver. Il évolue en pleine montagne, à l’écart des stations de ski, et donc forcément hors piste.

Cette activité s’avère donc particulièrement sportive et nécessite globalement une bonne condition physique et une bonne connaissance de la montagne.

Le matériel de ski de randonnée

ski-randonnée-adret

Skis de randonnée Adret XL – en vente sur www.zagskis.com

L’équipement requis pour le ski de randonnée est bien évidemment différent de celui pour le ski alpin :

  • les skis sont spécialement conçus pour cette activité et sont particulièrement légers, de manière à faciliter l’ascension ;
  • les fixations sont également bien spécifiques puisqu’elles permettent au randonneur de libérer ses talons à la montée et d’avoir les pieds entièrement fixés à la descente ;
  • les chaussures sont plus légères qu’en ski alpin afin de pouvoir effectuer les mouvements plus aisément.

D’autres éléments sont également essentiels à la pratique du ski de randonnée :

  • les peaux : éléments indispensables, elles évitent au randonneur de glisser et donc de redescendre durant la montée ;
  • les bâtons télescopiques, etc.

Côté vêtements, il est recommandé d’opter pour des sous-vêtements techniques afin de permettre l’évacuation de la transpiration, tout en gardant le corps bien au chaud. Une seconde couche, constituée d’une polaire pour l’apport de chaleur, puis d’une doudoune ou d’une veste dite imper-respirante termineront la tenue du parfait skieur de randonnée.

La sécurité en ski de randonnée

Que l’on décide de pratiquer du ski de randonnée ou du ski freerando (moins de montée et plus de descente), on ne badine pas avec la sécurité ! Il est donc absolument indispensable de partir équipé :

  • d’un DVA (détecteur de victimes d’avalanches) ;
  • d’une pelle ;
  • d’une sonde.

Attention, tout skieur hors piste doit savoir s’en servir et pour cela, s’être entraîné. Pour information, des formations existent, notamment dans les clubs alpins français.

Pour débuter, il paraît indispensable de faire appel à un guide de montagne ou à un moniteur. De même, il est impératif de se renseigner au préalable sur les conditions météo et les risques d’avalanches avant de partir.

Lire Plus

Préparer une rando avec son chien : nos conseils

Posté par le Déc 29, 2016 dans conseils | 0 commentaires

Vous avez décidé de vous lancer et de partir en randonnée avec votre chien ? Bonne idée ! À condition, bien sûr, de ne pas faire l’impasse sur une étape primordiale : la préparation !

Nos conseils pour préparer une randonnée avec son chien

Nos conseils pour préparer une randonnée avec son chien

Rendez-vous chez le vétérinaire

La première étape de la préparation de votre chien commence chez le vétérinaire. Exposez-lui votre projet : le vétérinaire sera ainsi mieux à même de vous conseiller sur le type de randonnée le mieux adapté à votre animal. Pensez à lui indiquer le type de croquettes que vous donnez quotidiennement à votre chien. Il est en effet possible que vous ayez à changer ses croquettes pour chien, afin que sa nourriture soit en phase avec les efforts qu’il aura à fournir.

Votre vétérinaire procédera enfin à un examen médical complet, pour s’assurer que votre chien sera capable de vous suivre. Votre animal souffre d’arthrose ? Cela ne l’empêche pas de randonner. Un traitement tel que le locox peut le soulager. Il vous suffira donc de choisir un itinéraire plus accessible, et d’éviter de faire faire des efforts supplémentaires à votre animal lorsqu’il traverse une période de crise.

Entraîner votre chien

Votre animal est plein de vitalité ? Ce n’est pas une raison pour partir en randonnée sans préavis, en particulier si vous visez des itinéraires en montagne. Prenez le temps d’initier votre animal à la randonnée en douceur. Proposez-lui des balades en variant les durées, mais aussi le terrain et l’altitude.

Mettez ces sorties à profit pour prendre le temps d’observer le comportement de votre animal, afin d’apprendre à décrypter les signes de fatigue ou d’éventuelles hypoglycémies, afin que vous puissiez réagir efficacement en lui donnant par exemple des croquettes Proplan ou autres, adaptées à ce type d’effort afin de pouvoir rapidement le restaurer.

Quoiqu’il arrive, ne poussez jamais votre chien au-delà de ses limites, sous peine de le mettre en danger. Profitez-en pour tester aussi le tempérament et l’obéissance de votre chien. S’il a tendance à partir aux trousses d’un animal sauvage, il sera par exemple judicieux de prévoir une laisse pour éviter tout accident en montagne. Enfin, pensez à inspecter les coussinets de votre chien après chaque sortie pour qu’aucune blessure ne vienne s’infecter par la suite !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Lire Plus

Conseils pour randonner lorsqu’on a de l’arthrose

Posté par le Oct 27, 2016 dans conseils | 0 commentaires

Les effets positifs de la randonnée sur l’arthrose ne sont plus à démontrer, à condition de respecter quelques règles pour ne pas empirer la situation…

 

Nos conseils pour randonner en cas d’arthrose

Nos conseils pour randonner en cas d’arthrose

Pourquoi pratiquer la randonnée ?

Rien ne vaut la pratique d’un exercice physique régulier pour prévenir l’apparition de l’arthrose des jambes et des pieds et pour soulager leur douleur. En plus de maintenir un poids de forme, cela permet de stimuler la réparation du cartilage, tout en renforçant la tonicité musculaire afin de compenser la dégradation des articulations.

La randonnée fait ainsi partie des sports recommandés par les professionnels de santé, à condition de la pratiquer avec modération et de prévoir quelques aménagements pour éviter les crises d’arthrose et les douleurs aiguës.

Randonner avec une arthrose des genoux

La randonnée peut être compatible avec la gonarthrose en évitant les terrains les plus accidentés, qui font davantage travailler les articulations. Il convient aussi de ne pas partir en étant surchargé (sans sac à dos trop lourd de préférence), et donc de se limiter à une simple randonnée de quelques heures maximum. Le port de genouillères est connu pour réduire la douleur et le recours à des bâtons de marche permet de mieux répartir les charges. Si les crises sont trop intenses ou si les médicaments deviennent moins efficaces, la solution de dernier recours reste alors l’opération chirurgicale : l’arthroscopie du genou.

Randonner avec une arthrose des hanches

La pratique de la randonnée est excellente en cas d’arthrose de la hanche, d’autant que celle-ci est largement causée par le surpoids. Toutefois, il est important de respecter quelques règles afin de limiter la douleur de la hanche : ne pas emprunter de chemins avec de forts dénivelés, et faire des pauses régulières pour laisser reposer l’articulation. Comme pour les genoux, l’utilisation de bâtons de marche est recommandée, et le recours à une chirurgie est possible dans les situations les plus handicapantes.

Dernier conseil pour partir randonner en cas d’arthrose : certains exercices physiques sont efficaces pour soulager les douleurs et préparer les articulations à l’effort. Pour cela rendez-vous sur les sites spécialisés ou demandez conseils à votre médecin.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Lire Plus

Randonnée : à quel âge partir marcher avec bébé ?

Posté par le Juil 13, 2016 dans conseils | 0 commentaires

Adaptable au rythme de chacun, la randonné est la première activité que vous pourrez faire avec bébé. C’est une activité sportive que l’on peut faire en famille dès le plus jeune âge et qui va permettre à bébé de s’éveiller aux joies et au plaisir d’être dans la nature. Mais pour que ce soit agréable à tout un chacun, voici quelques conseils d’organisation pour que tout se passe bien.

Quand partir en rando avec bébé ? Comment s’organiser ? On vous dit tout!

Quand partir en rando avec bébé ? Comment s’organiser ? On vous dit tout!

Mettre en place un itinéraire adapté et des pauses régulières

C’est la première chose à faire et c’est un conseil avisé, même si vous ne partez pas avec des enfants. Rien de tel qu’un sentier qui ne correspondrait pas aux capacités physiques des randonneurs et qui mettrait les personnes en difficulté, pour ne trouver au final aucun plaisir à marcher !

Donc faites bien attention au dénivelé, à l’altitude et bien entendu à la durée de la marche que vous prévoyez de faire. Attention à ne pas dépasser les 10 kilomètres par jour  et à ne pas aller au-delà de 1500 m d’altitude avec un enfant de moins de 1 an. Et si vous partez marcher en montage, pensez à faire régulièrement des pauses avec des tétines : le réflexe de succion permet de déboucher les oreilles plus facilement.

Même si vous utilisez un système de portage pour votre bébé qui ne serait pas encore en âge de tenir toute une randonnée, prévoyez de faire des pauses d’au moins 10 minutes toutes les heures. Cela vous permettra de prendre le temps avec lui, pour lui faire apprécier la nature et les paysages qui l’environnent, mais également de sortir du sac qui fera office de sac à langer, de quoi le changer si nécessaire, boire un peu ou même manger une collation.

Si vous partez en randonnée itinérante avec bébé, renseignez-vous que dans les lieux d’hébergement se trouve tout le matériel de puériculture pour bébé dont vous aurez besoin. Demandez à vos hôtes de préparer le lit bébé avant que vous arriviez, afin de rapidement pouvoir coucher bébé s’il est épuisé par sa journée.

Comment porter bébé ?

Pour commencer la randonnée lorsque bébé est tout petit, l’écharpe de portage peut être une bonne solution. Grâce aux différents nœuds possibles avec ce type d’écharpe, cela permet de suivre l’évolution de l’enfant et de répartir équitablement la charge.

Aux 6 mois du bébé, vous pourrez le porter avec un porte-bébé physiologique préformé. Et dès qu’il tiendra assis tout seul et fermement, vous pourrez investir dans un porte bébé de randonnée comme l’on trouve facilement dans les magasins spécialisés.

Comment habiller bébé pour la randonnée ?

Idem que pour les adultes, la règle des 3 couches doit être également de mise pour les enfants. Petit rappel de cette règle de base pour être bien habillé en randonnée :
– une première couche de vêtement qui va permettre à la peau de respirer  (en résumé : le body de bébé ou bien le vêtement technique de papa et maman)
– une deuxième couche pour rester au chaud et qui sèche vite pour ne pas avoir froid (type polaire)
– une troisième couche pour se protéger des intempéries, comme le vent ou bien la pluie il faut une veste imperméable à la fois légère, respirante et anti UV de préférence).

Il ne faudra bien entendu pas oublier les lunettes de soleil (indice supérieur ou égal à 3), le chapeau à large bord ou bien les gants et le bonnet, selon la saison où vous partez en randonnée avec bébé. Et bien entendu la crème solaire ! Une petite trousse de secours avec des pansements ou bien une crème anti-piqûre d’insecte peut aussi être la bienvenue…

Lire Plus